>Nos objectifs >Réduire notre empreinte écologique
Le cycle de l’eau



D’où vient l’eau du hameau ?

La partie ancienne de l’écohameau était et reste alimentée par simple gravité grâce à une source qui remplit un réservoir de stockage auquel les bâtiments sont raccordés. Le trop plein de ce réservoir alimente une fontaine qui va ensuite se déverser dans le ruisseau du moulin de Busseix après traversée d’un petit étang.
Ce ruisseau qui prend le nom de ruisseau Noir à la traversée du plan d’eau de Ladignac le Long, va rejoindre au Châlard la rivière Isle, bien connue des orpailleurs, qui se jette ensuite dans la Dordogne après avoir traversée Périgueux.
La Dordogne, à son tour, rejoint la Garonne au Bec d’Ambès pour se jeter dans l’océan après traversée de la Gironde. L’évaporation permet alors la formation de nuages dont les pluies rechargeront la nappe phréatique d’où provient notre source et notre forage.
En effet les constructions neuves sont alimentées par un forage à vingt mètres de profondeur. Une pompe immergée envoie l’eau sous pression (4 bars) dans un ballon de 500 litres auquel sont raccordés les différents bâtiments.
Un contrôle périodique de la qualité de l’eau du forage et de la source est effectué au laboratoire central de Limoges pour en assurer la potabilité.
Pour réduire notre empreinte écologique liée à la consommation de l’eau un premier objectif est de réduire cette consommation . Pour cela nous avons systématiquement recours aux toilettes sèches, aussi bien dans les maisons qu’à l’extérieur, et, pour l’arrosage des jardins, à la récupération des eaux de pluies.
Un deuxième objectif est le traitement des eaux usées (eaux grises). Nous avons choisi pour cela deux systèmes de phytoépuration l’un (système Aquatiris) pour la vieille maison, l’autre (système Eau Vivante) pour les constructions neuves. Ces systèmes permettent de rejeter dans l’environnement une eau qualité baignade également contrôlée.


La source qui alimente les bâtiments existants a considérablement faibli pendant l’été très sec 2005. Le trop plein de la réserve ne débite plus qui alimentait l’étang derrière la maison. Il était donc nécessaire pour alimenter les bâtiments neufs soit de se raccorder au réseau soit d’envisager un forage avec, en plus, un système de récupération des eaux pluviales.
Le forage a été réalisé dans la parcelle sur laquelle nous envisageons les constructions.
Une veine d’eau a été détectée (avec une baquette de coudrier) et l’eau a effectivement été trouvée à une profondeur de 21m.
Le niveau de l’eau s’est stabilisé à une profondeur de 8.5m avec un débit d’au moins 1 mètre cube par heure. Il reste maintenant à déterminer quel type de pompe et de stockage nous allons choisir.